Qu’est-ce que Vero?

Vero dont on parle tant,  est le dernier réseau social dont l’application bat des records de téléchargement. Lancé en 2015, le réseau n’est pas nouveau mais sa popularité a véritablement explosé ces derniers temps.

Vero permet aux utilisateurs de partager des photos, des endroits que l’on a fréquentés (restaurants, hôtels …), de créer des liens et de partager des recommandations de livres, de films et de séries télévisées. Bien que le format soit légèrement différent, Vero se différencie surtout d’Instagram par son algorithme qui permet aux utilisateurs de voir les publications par ordre chronologique décroissant et non pas en fonction de leur popularité.  On peut choisir l’audience de ses publications selon les personnes qui nous suivent. Un contenu peut être restreint à ses amis proches. Un autre à ses «connaissances» ou à tous ses abonnés.  Dès lors, les paramètres de sécurité s’en trouvent renforcés tout comme la sécurité des utilisateurs en limitant quel ensemble d’utilisateurs peut visualiser chaque publication.

Ce réseau a été créé en 2015 par Ayman Hariri, un entrepreneur libanais milliardaire et fils de l’ancien premier ministre Rafik Hariri, qui, après avoir été frustré par le nombre de publicités sur les principaux réseaux sociaux tels qu’ Instagram, Twitter et Facebook,  a déclaré que la politique de confidentialité de Vero était l’un des facteurs déterminant de sa création. Sa politique de confidentialité diffère de celle des autres grands réseaux sociaux, en ne collectant que le minimum de données auprès de chaque utilisateur, à savoir le nom, l’e-mail et le numéro de téléphone, ce qui peut séduire les internautes soucieux de leur vie privée. Véro déclare également ne pas partager les informations des utilisateurs avec des fournisseurs tiers, une pratique qui mène souvent à des publicités personnalisées sur les autres plateformes. Néanmoins, du fait de la gratuité de l’application, Vero ne génère aucun revenu que ce soit par la publicité ou les inscriptions. Le récent gain de popularité pourrait forcer l’application à commencer à facturer de faibles frais d’inscription.

Si l’on ne peut pas prédire de quoi le futur de Vero sera fait, la soudaine popularité du réseau social rappelle celle de Mastodonte en avril 2017. Cette plateforme sociale qui rappelait beaucoup Twitter n’a pas survécu au buzz.