La reconnaissance faciale peut-elle fonctionner lorsque nous portons des masques ?

La technologie de reconnaissance faciale (RF) fait de plus en plus partie de notre vie quotidienne. Vous ne pensez peut-être pas l’utiliser, mais il y a de fortes chances que ce soit le cas. Posez-vous la question suivante : quelle est la technologie utilisée quand vous déverrouillez l’écran de votre smartphone ? Et lorsque vous voyagez dans les aéroports à l’étranger, utilisez-vous les portiques de sécurité au contrôle aux frontières automatisé?

Cependant, depuis le début de la pandémie de coronavirus, des millions d’entre nous portent des masques.  La reconnaissance faciale fonctionne t’elle désormais ? Après tout, on ne peut pas scanner ce que l’on ne voit pas.

Eh bien, pas tout à fait. La technologie de reconnaissance faciale évolue à un rythme si rapide que certaines entreprises, comme  par exemple à l’aéroport de Madrid, ont mis en place des solutions pour scanner votre visage même lorsque celui-ci est exposé partiellement.

Nous en parlons plus en détail ici.

 

Alors, comment la reconnaissance faciale fonctionne-t-elle avec les masques ?

Les logiciels de reconnaissance faciale étudient les traits du visage tels que les yeux, le nez, la bouche et les oreilles pour identifier un individu. Le port d’un masque facial, qui couvre généralement le nez et la bouche, rend naturellement les choses plus difficiles.

Les experts ont donc appris au logiciel à comprendre tout d’abord si la personne scannée porte un masque et, si c’est le cas, à « recadrer » la partie du visage identifiée, en se basant sur cette information plutôt que de supposer que le masque fait partie du visage.

 

Pourquoi est-ce important ?

Il est important de pouvoir comprendre quand les gens portent des masques pour permettre aux pays de déterminer dans quelle mesure les lois sur le port du masque sont respectées par leurs citoyens.

En apprenant à un logiciel de reconnaissance faciale à déterminer si une personne porte un masque, les décideurs peuvent obtenir des données précieuses sur le nombre de personnes qui respectent effectivement ces lois. Ils peuvent alors décider si des mesures plus strictes sont nécessaires pour promouvoir le port du masque et limiter ainsi la propagation du virus.

Il convient de noter que, dans ce cas, les données sont anonymes. Ainsi, si les informations utilisées de cette manière peuvent fournir aux décideurs des indications sur des tendances, elles ne peuvent pas être utilisées pour identifier des individus.

 

Quelles sont les prochaines étapes de la reconnaissance faciale dans un monde masqué ?

La technologie derrière la RF évolue sans cesse. Alors que les utilisations quotidiennes de la reconnaissance faciale ont encore du chemin à faire avant que l’on puisse vous identifier sans problème avec un masque, les entreprises adaptent désormais leurs modèles afin qu’ils comprennent que les masques sont susceptibles de devenir un élément par défaut de notre vie quotidienne.

L’année dernière, Apple a publié une mise à jour dans iOS 13 qui permettait d’utiliser automatiquement le code d’accès par défaut lorsque vous portez un masque. Aux États-Unis, le Department of Homeland Security (DHS) pilote déjà des technologies de reconnaissance faciale capables de voir à travers les masques avec un niveau de précision « prometteur ».

Vous souhaitez en savoir plus sur la reconnaissance faciale et son évolution ? Nous avons publié quelques autres articles sur ce sujet :