Dois-je m’inquiéter du fait que mes enfants utilisent WhatsApp?

Les applications de messagerie font partie de notre quotidien. Qu’il s’agisse d’utiliser WhatsApp pour discuter avec des proches ou Facebook Messenger pour organiser des rencontres, il est étonnant de constater à quel point nous nous tournons vers ces services pour rester en contact chaque jour.

Cependant, des inquiétudes sont apparues récemment concernant l’utilisation des applications de messagerie chiffrées, notamment par les enfants. Les services de sécurité ont prévenu que le chiffrement, c’est-à-dire, le procédé permettant de protéger vos messages des regards indiscrets, pourrait également rendre plus difficile la détection par la police d’activités illégales et facilite le partage de contenus pédopornographiques.

Dans cet article, nous examinons les arguments pour et contre les applications de messagerie chiffrées telles que WhatsApp, et les préoccupations soulevées concernant les services cryptés et la sécurité des enfants en ligne.

Pourquoi les messages sont-ils chiffrés ?

Les applications de messagerie ont choisi de chiffrer les communications pour un certain nombre de raisons, mais la principale est le respect de la vie privée. Lorsque Facebook a décidé en mars de loanee dernière que le chiffrement de bout en bout serait utilisé par défaut sur toutes ses plateformes de messagerie, y compris WhatsApp, il s’agissait d’une mesure visant essentiellement à apporter une réponse à la crainte croissante des consommateurs d’être espionnés en ligne.

Ces changements permettent aux utilisateurs de masquer le contenu de leurs messages à une époque où un nombre croissant de personnes s’inquiètent de la surveillance de leurs données et conversations en ligne par des forces extérieures.

Alors, quels en sont les inconvénients ?

Comme nous l’avons dit au début de l’article, ce type de chiffrement peut être à double tranchant. S’il permet de dissimuler le contenu des messages, il peut également faire obstruction au travail des services de répression de la criminalité qui luttent pour la protection du bien-être des enfants en ligne.

Le Commissaire à l’enfance britannique a publié un rapport sur l’utilisation des applications de messagerie en ligne par les enfants. Il a constaté que 60 % des enfants âgés de huit ans et 90 % de ceux âgés de douze ans utilisaient un service de ce type. Fait inquiétant, un tiers des enfants interrogés dans le cadre de l’élaboration de ce rapport ont déclaré avoir reçu un message qui les avait mis mal à l’aise.

Ces résultats servent de base pour indiquer aux grandes entreprises technologiques, telles que Facebook, qu’elles ont un devoir de diligence pour protéger les enfants qui utilisent ces applications. Le Commissaire plaide pour que ce type de chiffrement ne soit pas appliqué à tous les comptes d’enfants.

Dois-je m’inquiéter du fait que mon enfant utilise WhatsApp en attendant que ces demandes soient prises en compte ?

Comme pour toute chose, il est important de faire preuve de prudence lorsque les enfants utilisent Internet ou des services connectés à Internet. Les applications de messagerie les plus populaires, telles que WhatsApp, disposent de paramètres de confidentialité pouvant être personnalisés pour renforcer la protection.

Sur WhatsApp, vous pouvez modifier ces options de confidentialité de la manière suivante :

  • Cliquez sur les trois points verticaux situés dans le coin supérieur droit de l’écran de discussion
  • Cliquez sur Paramètres
  • Sélectionnez Compte
  • Et appuyez sur Confidentialité
  • Sur cette page, vous pouvez sélectionner les personnes pouvant voir le statut de votre enfant et désactiver les confirmations de lecture.

En outre, WhatsApp permet aux utilisateurs de bloquer les utilisateurs inconnus lorsqu’ils envoient un message et de signaler les spams. Il est important d’aider votre enfant à comprendre comment utiliser ces fonctions afin de s’assurer qu’il ne parle pas à des personnes qu’il ne connaît pas.

Vous souhaitez en savoir plus sur la protection de vos enfants en ligne ? Consultez nos liens ci-dessous :