Cartes de paiement : quelles sont les solutions écologiques disponibles ?

L’écologie s’est emparée des services bancaires ces dernières années avec l’émergence de nouvelles banques promouvant des pratiques plus respectueuses de l’environnement et encourageant leurs clients à réduire leur empreinte carbone via leurs achats du quotidien. Quelles solutions existe-il?

 

Zoom sur quelques banques vertes

Bunq est une néobanque qui propose à ses clients de réduire leur empreinte carbone et rendre le monde plus vert.  Pour chaque 100€ dépensés avec la Bunq Green Card, la néobanque s’engage à la plantation d’un arbre. Bunq s’est associée à l’association à but non-lucratif Eden Reforestation Projects pour ce projet pour financer la reforestation à travers le monde.

Doconomy  propose une version écolo de la Fintech. Doconomy a lancé une carte bancaire qui  sensibilise les consommateurs aux conséquences environnementales de leurs dépenses et de leur mode de vie. L’entreprise a inventé une application qui calcule en temps réel les émissions de C02 des achats: idéal pour dépenser moins et mieux. La solution proposée par Doconomy lui a permis d’être nommée partenaire de la Convention-Cadre des Nations-Unies sur le changement climatique.

Il convient de mentionner les banques traditionnelles qui œuvrent aussi pour la transition écologique. À titre d’exemple, la banque néerlandaise ING est souvent citée comme l’une des plus durables au monde, puisqu’elle a participé à près de la moitié des quelque 32 prêts accordés dans le monde depuis 2017 qui ont été assortis d’améliorations démontrables ou quantifiables selon divers critères de durabilité. Cette banque est considérée comme durable car il s’agit de la banque européenne qui réalise le plus grand nombre de transactions sur les obligations vertes et qu’elle est également neutre en carbone.

Autre exemple, La Co-operative Bank est la seule grande banque du Royaume-Uni dotée d’une politique d’éthique depuis 1992. Dans le cadre de cette politique, elle a choisi de ne pas prêter aux entreprises qui ne correspondent pas à ses valeurs, ni d’investir dans ces dernières, notamment celles opérant dans l’industrie du pétrole, du charbon ou du gaz.

Enfin, HSBC est connue pour être la première banque de détail neutre en carbone.

 

Des cartes de paiement écologiques

Un autre moyen facile de passer au vert consiste à remplacer votre carte bancaire en plastique par une option plus durable.

AMEX, par exemple, a récemment révolutionné le secteur bancaire en proposant une carte de paiement fabriquée à partir de déchets plastiques provenant des océans et des côtes et d’autres banques commercialisent des cartes de paiement bio-sourcées fabriquées à partir d’acide poly lactique (PLA), un substitut du plastique biodégradable. En utilisant des sources renouvelables telles que le maïs, ces cartes peuvent être recyclées à plusieurs reprises pour retrouver leur résine initiale sans perte de qualité. Elles ne sont non plus fabriquées à base de pétrole et ne sont pas toxiques si elles sont incinérées.

Enfin, la carte métal, qui a une durée de vie 50 % plus longue qu’une carte en plastique ordinaire (environ six ans contre quatre), constitue une bonne alternative écologique. Cependant, toutes les cartes métal ne sont pas recyclables car cela dépend des métaux utilisés. Les cartes pouvant être correctement recyclées constituent une option beaucoup plus écologique.

L’éco-responsabilité est un sujet qui vous intéresse ? Faites-le-nous savoir dans la case réservée aux commentaires ci-dessous.

Consultez également notre article suivant :